Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Arrêts TGV en Charente: la SNCF revoit sa copie

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 56
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Arrêts TGV en Charente: la SNCF revoit sa copie

Message par choupi91 le Jeu 23 Juil 2015 - 9:45

http://www.charentelibre.fr/2015/07/21/arrets-tgv-en-charente-la-sncf-revoit-sa-copie,2008753.php

. PHOTO/Photo archives CL
Les élus ont passé presque deux heures dans le bureau de Guillaume Pépy mardi soir. Vers 20h30, quand ils sont sortis de cette réunion au sommet organisée par Alain Rousset, Jean-François Dauré et Xavier Bonnefont voulaient être optimistes. Si rien de concret n’a filtré de ce face-à-face entre la SNCF et les maires et présidents des agglomérations concernées par les futures dessertes de la LGV, le président de GrandAngoulême et le maire d’Angoulême ont eu le sentiment «d’avoir été entendus» par le président de la SNCF.
«Il y a une volonté partagée de sortir de cette situation», apprécie Xavier Bonnefont. «Il y avait une véritable ouverture, une vraie écoute», ajoute Jean-François Dauré. Et tous les deux de dire «qu’il a été convenu ne pas communiquer sur le fond». «La SNCF a besoin de calme maintenant pour étudier nos arguments et faire une nouvelle proposition d’ici quelques jours. Ce n’est pas un black-out, c’est simplement permettre un travail serein.»
Pour la SNCF, la contrainte du calendrier est importante. Les créneaux de juillet 2017 se décident maintenant. «Nous avons en gros deux semaines devant nous avant d’avoir la proposition. On pourra faire quelques ajustements, si besoin, jusqu’en septembre», détaille Jean-François Dauré qui ne sera vraiment rassuré que quand «on aura les dessertes voulues».
Dans le bureau de Guillaume Pépy, s’il y avait les maires et les présidents d’agglo de Bordeaux à Châtellerault en passant par La Rochelle, s’il y avait le président de l’Aquitaine Alain Rousset, candidat à la tête de la future grande région pour le PS, il manquait les présidents des départements traversés, pourtant les plus gros financeurs de cette LGV. De quoi vexer François Bonneau, le président du conseil départemental de la Charente, qui, dans l’après-midi, a envoyé une lettre à Guillaume Pépy et Alain Rousset pour s’étonner que personne n’ait pensé à l’inviter.
«Je suis particulièrement choqué par cette absence de représentation de notre collectivité alors que le Département est le plus important financeur local du projet.» Et d’ajouter: «Au vu de l’importance capitale du projet et de ses enjeux pour notre territoire, mais aussi au regard des propositions de dessertes présentées qui ne sont absolument pas satisfaisantes, il m’apparaît plus que légitime que notre département soit pleinement impliqué et j’attends une réaction de votre part.» La réaction de Guillaume Pépy sera peut-être de céder aux demandes maintes fois répétées par les élus charentais unis dans cecombat. À savoir, au moins un aller-retour direct avec Paris le matin et un autre le soir et une meilleure desserte pour Bordeaux le matin.

#histoire #trains #france


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc 2018 - 22:50