Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Intempéries à Montpellier : le récit des naufragés du rail

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 55
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Intempéries à Montpellier : le récit des naufragés du rail

Message par choupi91 le Mar 30 Sep 2014 - 12:12

http://www.midilibre.fr/2014/09/30/intemperies-a-montpellier-le-recit-des-naufrages-du-rail,1058572.php



1 800 voyageurs ont été pris en charge à la gare Saint-Roch de Montpellier, dans la nuit du lundi 29 à ce mardi 30 septembre.

"A aucun moment, on n'a eu peur pour notre sécurité" : Jocelyne, de retour de vacances à Argelès n'avait pourtant "jamais vu ça" dans le train qui la ramenait à Paris, lundi 29 septembre. "L'eau coulait partout, comme si un barrage avait cédé". Dans la soirée, elle est échouée dans le hall de la gare de Montpellier avec son chat, son chien et son lapin, s'apprêtant à vivre là une nuit de camping, avec les couvertures de survie et le plateau repas distribué par la SNCF et la Croix-Rouge.

"Les taxis n'ont pas voulu nous amener à l'aéroport"
La cellule de crise dirigée par Yves Schoukroun, à la SNCF, a oeuvré sans relâche dans la nuit de lundi à mardi, autour des 1 800 voyageurs bloqués dans les trains circulant entre Sète et Montpellier, pris en charge en gare de Montpellier. Philosophes, comme Jocelyne, ou Nicolas, qui partait passer un entretien d'embauche à Paris. Son cousin Alexandre rentrait chez lui après des vacances à Lunel. Mélissa, elle, partie de Béziers, se rendait dans la capitale pour suivre une formation. Elle a essayé, en vain, d'attraper un avion, "les taxis n'ont pas voulu nous amener à l'aéroport". 
"Les gens sont devenus philosophes"
Réfugiées dans une rame de TGV, en première classe, "pour recharger les portables", Delphine et Cécile ont lié connaissance dans la galère et ont sympathisé. Elles aussi, relativisent : "On est au chaud et en sécurité". "Les gens sont devenus philosophes", note Stéphane, qui cherche à ralier Nice. Il s'étonne presque du calme des voyageurs. Le phénomène météo qu'il a traversé est pourtant "du jamais vu". 

Epique, du "jamais vu"

Caroline, elle, se félicite d'être arrivée à destination, même si elle a l'impression d'avoir couru un marathon depuis son départ de Barcelone : "On a pris le train de Barcelone à Gérone, puis un bus jusqu'à Perpignan, encore le train de Perpignan à Narbonne, et le bus jusqu'à Montpellier". Epique, du "jamais vu", encore, pour la jeune femme, qui a eu quelques frayeurs sur la route : "On repart avec des numéros de téléphone et de nouveaux amis", lâche-t-elle dans un sourire. 
Quelques naufragés ont pu regagner Paris dans le train affrété exceptionnellement par la SNCF, ce mardi matin à 8 h. En attendant le retour à la normale du trafic, dans la journée.


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017 - 5:25