Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

TER : l'UFC-Que Choisir révèle la carte des retards

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 56
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

TER : l'UFC-Que Choisir révèle la carte des retards

Message par choupi91 le Mer 27 Mai 2015 - 13:53

http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/27/2112764-ter-l-ufc-que-choisir-revele-la-carte-des-retards.html


TER : l'UFC-Que Choisir révèle la carte des retards


C'est un pavé dans la mare de la SNCF que l'UFC-Que Choisir a lancé hier en publiant son étude intitulée «Performance des trains régionaux».
Alors que les régions, qui sont les piliers financiers des TER, doivent être renouvelées en décembre 2015, cette enquête dresse un bilan de fonctionnement de la SNCF pour le moins critique.
En cause notamment, la ponctualité des TER, mais aussi une inquiétante dérive des coûts. Une situation qui risque de tendre à nouveau les relations entre l'opérateur ferroviaire et les régions, qui ont la responsabilité de l'organisation et du financement des transports régionaux.

Une situation difficile pour les usagers

En témoigne l'agacement extrême de Martin Malvy, qui, en février 2014, avait annoncé la suspension de tout paiement de la Région», soit la bagatelle de 400 000 € par jour, pour l'exploitation des TER. Il avait notamment fustigé «la dégradation du service observée, particulièrement sur le quart Nord-Est du réseau régional pour lequel retards et suppressions de trains sont devenus chroniques».
L'étude s'en prend d'abord à la ponctualité des TER.
Si l'on en croit les statistiques officielles pour 2014, 89,5 % des TER sont arrivés à destination avec un retard inférieur à 6 minutes, loin des performances de nos voisins européens comme l'Allemagne (94,9 %) ou l'Autriche (96,4 %). En Midi-Pyrénées, où le nombre de voyageurs TER est passé en 10 ans de 5 à plus de 12 millions aujourd'hui – et avec un objectif de 20 millions d'ici 2020 –, ce taux était de 88 % (il a progressé à 90,27 % depuis les ultimatums du président de région).
Il est légèrement supérieur à celui de l'Aquitaine (86,8 %) ou de Languedoc-Roussillon (85,8 %).
Selon l'étude, ces chiffres officiels ne sont qu'un «reflet amincissant» des difficultés réellement vécues par les usagers. «Les trains annulés au plus tard la veille avant 16 heures sortent des statistiques» écrivent ses auteurs.
Autre critique forte : la dérive des coûts d'exploitation que n'expliquent pas seulement la hausse des prix de l'énergie et autres taxes. Pour les TER, ils ont progressé de 87 % en 10 ans, soit une hausse de 5,9 % par an. Le prix du kilomètre, hors péages, est passé de 13,10 euros en 2002 à 18,50 euros en 2012, un «emballement» de 41 %.

Ouverture à la concurrence

Cette situation est, justifie l'étude, l'une des conséquences du monopole dont jouit la SNCF sur le transport ferroviaire régional. «Ainsi protégée, l'entreprise a délibérément fait le choix de son intérêt propre avant celui de ses clients, en consacrant la totalité de ses gains de productivité (baisse de 14 % des effectifs entre 2003 et 2014) à l'augmentation de la masse salariale (+ 16 %) dénonce Que-Choisir. L'association de consommateurs estime qu'une ouverture maîtrisée à la concurrence pourrait faire diminuer les coûts d'exploitation du TER de 20 %. En Allemagne, ils sont inférieurs de 33 % à ce qu'ils sont en France.
La hausse des frais est d'autant plus difficile à expliquer que la SNCF a bénéficié des investissements colossaux des régions pour renouveler le matériel roulant, les voies, etc.
En Midi-Pyrénées, entre 2008 et 2013, le plan rail, qui a permis le sauvetage, la sauvegarde, le maintien et l'amélioration du réseau, a bénéficié de 820 M€ d'investissement, dont 400 M€ de la Région.
Et pour accompagner la progression du trafic, les élus régionaux ont voté des budgets importants pour renouveler le matériel roulant. Ces dix dernières années, 647 millions d'euros ont été investis pour acheter des autorails neufs, des rames Régiolis plus confortables et nettement moins coûteux à exploiter. D'ici 2017, l'ensemble des TER sera renouvelé, et offrira une capacité de 16 % supplémentaires afin de répondre à la hausse de fréquentation.
L'enquête, que la SNCF n'a pas souhaité commenter, préconise, outre un remboursement des abonnés, un renforcement des pénalités infligées par les régions à la SNCF en cas de retards récurrents. «Même si cela va mieux, nous restons en veille permanente, les défaillances ne sont pas admissibles, la SNCF doit offrir aux usagers un service à la hauteur des efforts très importants faits ces dernières années» a réagi Martin Malvy.

Tags : #histoire #trains #france


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Sam 23 Juin 2018 - 12:18