Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

TGV: "Les élus ont cru au père Noël" selon Yves Manguy

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 56
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

TGV: "Les élus ont cru au père Noël" selon Yves Manguy

Message par choupi91 le Mar 10 Fév 2015 - 10:03

http://www.charentelibre.fr/2015/02/10/tgv-les-elus-ont-cru-au-pere-noel,1939600.php

Sauzé Vaussais conférence de presse LGV 080725-01-257 Yves Manguy - REG - Région - Sauzé-Vaussais. PHOTO/207/C5_080725_146
La soudaine mobilisation des élus charentais pour réclamer le maintien des dessertes de la gare d’Angoulême après l’ouverture de la nouvelle ligne à grande vitesse à partir de 2017 n’en finit pas de faire réagir. Yves Manguy, maire de Londigny de 1995 à 2008, et président, il y a quelques mois encore, de l’association qui réunit 185 communes impactées par le projet, donne son point de vue dans cette tribune libre adressée à Charente Libre:
 
"J’ai signé la pétition. Même si je dois dire que la naïveté et le refus de certains élus de grandes agglomérations de n’avoir pas vu dès le départ la réalité en face est à l’origine de ce qui arrive aujourd’hui. La construction de cette ligne à grande vitesse a été contestée par des milliers de citoyens et d’élus dont je suis, qui ont dénoncé son aberration économique et environnementale pour les territoires impactés.
Dès que le projet a été officialisé (il y a plus de quinze ans), de nombreuses associations citoyennes se sont constituées pour analyser l’intérêt pour la société, ainsi que les conséquences pour les collectivités impactées et leurs habitants par la mise en oeuvre de ce gigantesque ouvrage. Toutes ont abouti au même résultat, à savoir le gâchis financier et environnemental, pour gagner quelques minutes principalement pour les habitants de Bordeaux et Paris. Alors qu’il existait déjà une ligne qui, au gré de quelques aménagements combien de fois moins coûteux, aurait suffi à diminuer (certes moins...) le temps de voyage Paris-Bordeaux. D’autant que ceux-là avaient déjà l’avion à leur disposition. Mais tous ces grands élus ont cru au père Noël qui allait dynamiser leurs villes, et sont même allés jusqu’à mettre la main au portefeuille de leur ville pour cet eldorado!
Le résultat est là:
1) Un train “grande vitesse” n’est pas fait pour s’arrêter dans toutes les gares entre Paris et Bordeaux, puisqu’il est d’abord conçu pour les notables de Bordeaux et de Paris pour lesquels l’avion était un temps donné leur moyen de transport préféré, certes en partie handicapé par les embouteillages des routes d’accès aux aéroports et les mesures de sécurité.
2) Pour gagner une demi-heure ou même une heure, combien de citoyens sont réellement concernés? 1 ou 2, même 10% valent-ils un investissement public de 8 milliards d’euros dont plus des deux tiers sont financés par l’argent de tous les contribuables?
3) Or comme par hasard, ce qui avait été analysé par les citoyens il y a quinze ans est aujourd’hui confirmé. Il est officiellement reconnu que les TGV ne sont pas rentables! Donc il faut faire des économies, car M. Vinci a pris ses précautions. Il est prévu dans sa convention de partenariat public-privé (PPP) que si le nombre de voyageurs prévu par RFF n’est pas au rendez-vous, l’État devra compenser... (donc le contribuable). C’est ce qu’on peut appeler du bel ouvrage!
Par ailleurs, les communes sinistrées par ce gâchis de quelque 4 000 hectares se voient exclues des redevances de droit commun (qui précédemment était appelée “taxe professionnelle)” auxquelles toutes les entreprises publiques et privées sont assujetties... Nouveau cadeau à Vinci. Il y a là un véritable conflit d’intérêts!
Cela fait cinq ans que la Coordination LGV interrégionale, qui regroupe les 185 communes impactées (Sud Europe Atlantique - Bretagne Pays de Loire), demande à ce que soit appliqué le droit commun, sans suite et sans soutien de ces villes qui se révoltent aujourd’hui! M. Dauré, maire de La Couronne, se réveille aujourd’hui, alors qu’il n’a jamais répondu aux appels réitérés des associations LGV des maires charentais. Aujourd’hui, c’est le douloureux réveil des rêveurs d’un temps, face aux lourdes conséquences de cet ouvrage, qui réalisent qu’ils ont besoin de tous les citoyens..."


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Sam 22 Sep 2018 - 9:54