Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Il avait menacé de mort et agressé un contrôleur SNCF

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 56
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Il avait menacé de mort et agressé un contrôleur SNCF

Message par choupi91 le Sam 31 Jan 2015 - 19:33

http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/30/2039621-il-avait-menace-de-mort-et-agresse-un-controleur-sncf.html


Le jeune homme a été interpellé à l'arrivée du train en gare de Cahors./Photo archives, Marc Salvet.


Une affaire d'agression et de menaces de mort, subies par un contrôleur de la SNCF, a valu quatre mois de prison ferme à un jeune Briviste au casier judiciaire déjà bien garni. Récit…
Les contrôleurs de la SNCF se retrouvent quelquefois nez à nez avec des voyageurs récalcitrants surtout lorsque ces derniers ne sont pas munis d'un titre de transport.
Parfois le ton monte et le contrôle tourne mal. L'un de ces agents qui contrôlait la validité des billets dans le train assurant la liaison Toulouse-Cahors, le 11 avril 2013, a vécu une scène qu'il n'est pas près d'oublier.
Insulté, menacé de mort et agressé par un voyageur âgé de 32 ans originaire de Brive, il avait été meurtri par les divers épisodes de cette affaire jugée hier au tribunal correctionnel de Cahors. «Cela a été pour lui un vrai choc psychologique qui lui a valu un vrai traumatisme ajouté à l'accumulation de stress qu'il subit au quotidien. Il n'a pas pu travailler pendant deux mois suite à cela», a indiqué Michel Barthet, l'avocat de la victime. L'auteur des faits ne s'est pas présenté à la barre.
Béatrice Almendros, présidente du tribunal, a narré à l'audience les circonstances de cette agression, rappelant que «le contrôleur s'est simplement avancé vers cet homme qui sommeillait dans le train. Ce dernier a aussitôt rétorqué à l'agent de la SNCF qu'il n'avait pas de billet, ni d'argent sur lui pour payer. Puis il l'a insulté en constatant que le contrôleur insistait et était prêt à alerter la police», relate la présidente.

Interpellé sur le quai

«Si tu appelles les flics, je te zigouille», a-t-il lancé à l'agent de la SNCF en le saisissant par le bras et en le secouant violemment. Le contrôleur a tenu bon et prévenu la police qui a interpellé le voyageur sans billet sur le quai de la gare de Cahors. Cet homme n'est pas un enfant de chœur. Son casier judiciaire, qui comporte d'innombrables mentions, en atteste.
Il a déjà été condamné pour des faits de vols, dégradations, trafic de stupéfiant, violence avec arme… et cumule plus de deux ans de prison ferme.
Ce nouveau dossier dans lequel il était mis en cause ne va pas améliorer sa situation judiciaire puisqu'il a écopé d'une peine de 4 mois de prison ferme.
Il devra également payer une amende de 500 € à la victime… à défaut d'avoir pu régler son billet de train.


Une ex-Cadurcienne condamnée pour abus de faiblesse

Une affaire sur fond d'abus de faiblesse a été aussi jugée hier à Cahors. Une ex-Cadurcienne de 48 ans, qui réside désormais à Rodez, comparaissait à la barre pour avoir régulièrement soutiré plusieurs sommes d'argent, entre le 1er janvier 2009 et le 22 juillet 2011, à un sexagénaire habitant Cahors.
Ce dernier, sujet à de fortes crises d'épilepsie, se laissait abuser par sa nouvelle «amie» a qui il remettait 250 € tous les mois. La victime de cette femme a même acheté à crédit, pour cette «amie intéressée», une voiture d'un montant de 9 170 €, ainsi que des meubles, puis souscrit des abonnements téléphoniques dont les dépenses et les frais chez divers opérateurs ont dépassé allégrement 8 000 €. Le préjudice global avoisine 30 000 €. La sœur de cet homme a stoppé cette terrible hémorragie financière qui a conduit son frère jusqu'à l'endettement. La prévenue a reconnu les faits : «Je ne contesterai jamais. Je me sens coupable», a-t-elle insisté, tandis que Colette Souladié, avocate de la victime, a estimé que «les faits n'étaient pas désagréables, mais répugnants». L'ex-Cadurcienne a été condamnée à 9 mois de prison avec sursis et devra rembourser les sommes que lui versait le sexagénaire dépouillé.


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Mar 18 Sep 2018 - 23:58