Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Le suicidé du TGV est-il le mari de l'institutrice ?

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 55
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Le suicidé du TGV est-il le mari de l'institutrice ?

Message par choupi91 le Lun 15 Déc 2014 - 8:52

http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/15/2011791-suicide-tgv-est-mari-institutrice.html

Noé (31) - Noé


Un TGV en gare (illustration) DR


L'homme percuté par un TGV à Saint-Rustice, en Haute-Garonne, hier, est-il celui que recherchent activement les gendarmes de Muret depuis mercredi ? Vers 18 h 20 hier, un TGV Toulouse-Paris, parti un quart d'heure plus tôt de la gare Matabiau, a heurté de plein fouet un homme qui se trouvait sur les voies. L'impact a été tel que les restes de son corps ont été retrouvés sur la commune de Pompignan, dans le Tarn-et-Garonne voisin.
Dans la soirée, les gendarmes de Haute-Garonne et ceux du Tarn-et-Garonne travaillaient conjointement sur ce terrible accident. Si pour l'heure, les enquêteurs se refusaient à s'avancer sur l'identité de la victime, sur place, des témoins faisaient déjà le rapprochement avec le mari de Béatrice Siméon, une institutrice retrouvée morte mercredi dans son jardin à Noé, dans la Haute-Garonne. Ce chauffeur-routier à la retraite, âgé d'une soixantaine d'années, restait introuvable depuis le drame. Il était depuis activement recherché par les enquêteurs de la brigade de recherches de Muret.

Retrouvée morte dans son jardin

Stupeur et émotion avaient étreint mercredi les villages de Noé, où résidait le couple, Saint-Ybars, où Bétrice Siméon avait longtemps travaillé et Lézat-sur-Lèze, en Ariège, où elle enseignait depuis un an. Cette institutrice de 53 ans, décrite par ses proches comme dynamique et enjouée, avait été retrouvée en milieu de journée sous une bâche dans son jardin. C'est la direction de son école, inquiète par son absence le matin dans sa classe, qui avait donné l'alerte. Après la découverte de son corps, une enquête pour «homicide» avait été ouverte. L'autopsie, pratiquée jeudi, avait confirmé la thèse de l'asphyxie émise par les enquêteurs dès les premières constatations.
Le mari de Béatrice Siméon, pas plus que la Renault Clio de l'institutrice, n'avaient été vus depuis ce jour-là.


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin 2017 - 20:41