Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

La collision entre un train et un camion fait trente blessés

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 55
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

La collision entre un train et un camion fait trente blessés

Message par choupi91 le Mer 10 Déc 2014 - 8:36

http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/10/2008227-collision-entre-train-camion-fait-trente-blesses.html


Montauban (82) - L'accident s'est produit, hier, vers 18 h 15, au passage à niveau de verlhaguet


Le train a traîné la remorque du camion sur plus de 300 mètres./ Photos DDM, Chantal Longo


«On a frôlé la catastrophe», lâchent plusieurs témoins en constatant l'étendue des dégâts provoqués par la collision entre un train express régional (TER) et un camion immobilisé sur la voie à la suite d'une malheureuse manœuvre. Le terrible choc est intervenu vers 18 h 15, au passage à niveau du hameau de Verlhaguet, à Montauban. Selon la SNCF, la collision a eu lieu à 120 km/h, alors que le conducteur venait de démarrer de la gare de Montauban pour se rendre à Toulouse. Le TER à bord duquel voyageaient près d'une centaine de personnes a percuté de plein fouet un camion italien chargé de meubles et d'objets de décoration, dévastant le véhicule routier et éparpillant les débris sur plus de 300 mètres. Le train a déraillé mais ne s'est pas couché. Trente blessés légers, dont quatre qui ont nécessité une évacuation vers le centre hospitalier de Montauban ou la clinique des Chaumes, sont à déplorer. Touché à la tête, le conducteur du train est le plus gravement atteint. «Les autres blessés présentent des plaies plus légères, soit des contusions, soit un désordre psychologique dû au choc», a indiqué Paquita Bannier-Gauthier, directrice des services du cabinet de la préfecture de Tarn-et-garonne.
Les pompiers de Tarn-et-Garonne ont dépêché sur place d'importants moyens, soit environ une soixantaine d'hommes et une vingtaine de véhicules. Des couvertures de survie ont été distribuées aux naufragés, tandis qu'un poste médical avancé a été installé aux abords de l'accident. Certaines personnes blessées ont pu également se réfugier au chaud dans la maison toute proche d'un habitant de ce chemin de Quart. Un service de transport de substitution a été mis en place avec deux bus pour prendre en charge les passagers du train et les conduire à Toulouse.

Deux camions se croisent

Pendant ce temps, l'enquête pour déterminer les circonstances exactes de l'accident a été confiée aux policiers. La procureur de la République, Alix-Marie Cabot-Chaumeton s'est rendue sur les lieux. Selon les premières constatations, deux camions ont voulu se croiser sur ce passage à niveau, relativement étroit. Ils ont marqué alors un temps d'hésitation. Finalement, l'un des deux a laissé passer l'autre, mais s'est retrouvé ensuite bloqué au milieu du passage à niveau lorsque les barrières se sont baissées automatiquement. Le train l'a coupé en deux, ne laissant que la cabine devant le passage à niveau.
Les policiers ont vérifié aussi les taux d'alcoolémie des chauffeurs du train et du camion. Les deux se sont révélés négatifs.


Témoignage

«Il y a eu un choc. Les lumières se sont éteintes. On voyait des flammes par les vitres»

Caroline Boulanger avait terminé sa journée de travail. Elle était montée dans le train à Montauban pour rallier Toulouse où elle demeure. Elle était passagère du TER qui a heurté le camion sur la voie. Elle raconte ce qu'elle a vécu : «Le train venait de partir depuis 2 ou 3 minutes environ. Il y a eu un grand choc. Toutes les lumières se sont éteintes. On voyait des flammes par les vitres et il y avait une forte odeur de brûlé. Le train a freiné très rapidement. Les gens ont crié. On avait peur que le train prenne feu car il y avait beaucoup de flammes. On est sortis par la porte du compartiment dans le noir le plus total. On a essayé de se diriger vers une petite maison qui semblait être une ancienne gare et on est remontés vers le passage à niveau qui se situait à 200 mètres environ. Il y avait des débris partout… Je n'ai pas vu de gens vraiment blessés. Il y avait une femme enceinte qui se plaignait et un homme qui souffrait du genou. Puis les secours nous ont demandé de nous tenir éloignés. Moi je n'ai pas attendu les bus annoncés pour nous transporter. On est venu me chercher rapidement. Je pense qu'on a eu beaucoup de chance»…


Réaction

Martin Malvy>Président de la Région. Martin Malvy qui a été informe peu après l'accident par Guillaume Pépy, président de la SNCF, et qui a joint peu avant 20 heures Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, s'est tenu informé au cours de la soirée avec la direction régionale de la SNCF.«Pour l'heure, j'espère que l'Etat de santé des blessés, à commencer par ceux qui l'ont été le plus grièvement, s'améliorera rapidement», a déclaré le président de la Région qui a ajouté : «trop d'accidents ont lieu à des passages à niveau. Ils sont souvent dramatiques. L'enquête devra déterminer les conditions dans lesquelles celui ci s'est produit.J'assure de ma solidarité les cheminots et notamment ceux qui étaient à bord du train, ainsi que les passagers non blessés dont on imagine le traumatisme qu'ils ont eux aussi subi».


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017 - 5:33