Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Lot-et-Garonne : la LGV en pleine face du château de Trenquelléon

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 55
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Lot-et-Garonne : la LGV en pleine face du château de Trenquelléon

Message par choupi91 le Ven 24 Oct 2014 - 9:00

http://www.sudouest.fr/2014/10/24/la-lgv-en-pleine-face-1714527-3694.php

Un viaduc de 63 m de haut impacterait tout le village et le château de Trenquelléon.

Le viaduc est prévu au niveau du deuxième champ qui fait face au château (en haut de la photographie). © Photo
Photo thierry suire


Ces toits en forme de pagode attirent l'œil du curieux qui circule entre les communes de Vianne et Feugarolles, au croisement de la R642 et RD930. Demeure prestigieuse précédée d'une allée de cèdres, le château de Trenquelléon, inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, domine la vallée de la Baïse, à 1 kilomètre de la sortie de la commune de Feugarolles.
Publicité
Un édifice bâti au XIIIe siècle et reconstruit au XVIIIe siècle par un des membres de la famille de d'Artagnan et perché sur une motte. Un lieu sublime chargé d'histoire, ouvert aux visites du grand public toute l'année sur rendez-vous et promu à un avenir encore plus riche avec un projet d'activités culturelles, touristiques et événementielles. C'est du moins l'ambition des descendants de la baronnie de Batz de Trenquelléon réunis en SCI du château de Trenquelléon.

Un viaduc de 63 m de haut

Bon. Une fois que l'on a inscrit cette information dans son agenda touristique, on pense avoir fait le tour de la question. En réalité, si le château et la SCI font parler d'eux aujourd'hui, c'est pour résonner à l'enquête publique sur la LGV Bordeaux-Toulouse. Selon le projet GPSO de Réseau Ferré de France, Trenquelléon qui bénéficie d'une vue sur la vallée verrait celle-ci bigrement amputée, sur 180°, par le viaduc de la Baïse, prévu à mi chemin entre le village de Feaugarolles et le château. Un viaduc long de 1,3 kilomètre dont le tablier culminerait à une hauteur comprise entre… 50 et 63 mètres de haut, avec des piliers de six mètres de diamètre.
 « Cette saignée va défigurer le village et une partie de son histoire, via le château »
De quoi faire pleurer les murs et ceux qui les contemplent. Porte-parole de la SCI, Françoise de La Raitrie a épluché le dossier d'enquête publique et a vu rouge. « Le viaduc va passer dans les 500 mètres de domaine protégé du château et ce, sur autorisation de l'Architecte des bâtiments de France ! Par ailleurs, les recommandations de RFF pour minimiser l'impact (comme ils l'écrivent) sur l'édifice seraient d'envisager un aménagement paysager qui cacherait le viaduc. A part mettre des séquoias géants de Californie, je ne vois pas comment ! Le plus grand de nos cèdres multicentenaires mesure 17 mètres de haut. » Et celle qui parle au nom des autres membres de la SCI de faire remarquer « la légèreté de RFF dans cette histoire : à aucun moment, le château apparaît comme monument historique ; aucun photomontage réaliste n'a été réalisé pour prendre la mesure de l'impact, nulle part la vue dominante sur la vallée n'est mentionnée. Et je ne parle pas de la nuisance sonore. Les documents de l'enquête sont tronqués et trompeurs. Nous disons « non » au viaduc. »

Feugarolles dit « non »

Un « non » argumenté et couché sur le registre de l'enquête publique. Un « non » qui fait aujourd'hui partie d'une pétition lancée par Françoise de La Raitrie. Un « non » repris sans contrainte par la municipalité de Feugarolles. Il faut dire que Jean-François Garrabos et son conseil municipal luttent déjà depuis un bon moment, pour refuser le viaduc et « cette saignée qui va défigurer le village et une partie de son histoire, via le château ». « Le conseil municipal a possibilité d'étendre le fuseau proposé pour le tracé en tenant compte de certaines particularités. Nous le ferons afin que Trenquelléon et le village soient épargnés », souligne le maire qui ne cache pas son opposition totale à la LGV… en l'état. « Notre conseil a voté contre et nous allons le faire savoir, comme à Montesquieu, via des panneaux. Car envisager de dénaturer ainsi le paysage alors que nul ne sait comment va être financée la LGV est un non sens. »
Feugarolles et Trenquelléon ne lâcheront pas le combat et entendent faire en sorte que le viaduc ne passe pas par là.


_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Mer 13 Déc 2017 - 10:56