Tout sur le rail

Histoire du rail en France

Association Les Amis de Didie

Twitter !!

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mer 18 Mar 2015 - 8:41

Visiteurs !


Compteur Global gratuit sans inscription

Les trains de nuit de la SNCF se trouvent dans l'impasse

Partagez
avatar
choupi91
Admin

Messages : 1211
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 55
Localisation : Essonne (91)
Humeur Humeur : Triste !!!!!

Les trains de nuit de la SNCF se trouvent dans l'impasse

Message par choupi91 le Lun 22 Sep 2014 - 11:40

http://www.lesechos.fr/journal20140922/lec2_industrie_et_services/0203790065027-les-trains-de-nuit-de-la-sncf-se-trouvent-dans-limpasse-1045120.php






  • Face à un trafic nocturne chahuté par les travaux, la clientèle a baissé de 30 % en cinq ans, selon l'Unsa.

    Va-t-on vers une extinction progressive des trains de nuit ? C'est en tout cas ce que redoute le syndicat Unsa-ferroviaire, qui pointe l'impasse économique dans laquelle s'enfonce ce service jadis très populaire pour de nombreux Français.
    Aujourd'hui, la SNCF fait circuler quotidiennement une vingtaine de trains de nuit, la plupart d'entre eux depuis ou vers Paris. Cette offre représente 3 % des trains Intercités, ces liaisons longue distance hors TGV, exploités dans le cadre d'une convention avec l'Etat, qui assure le rôle d'autorité organisatrice.
    Sur le papier, l'offre n'a pas beaucoup évolué ces dernières années : seule une ligne, Hendaye-Genève, a été supprimée en 2012. Mais le nombre de passagers est, lui, en chute libre : - 30 % en cinq ans, indique l'Unsa.

    Des trains quasiment vides

    Car le trafic a été sévèrement chahuté par la forte augmentation des chantiers de rénovation des voies. Pour pénaliser le moins possible de voyageurs, ces travaux sont réalisés la nuit. Dans certains cas, faute d'avoir la certitude qu'elle pourrait faire circuler le train malgré les travaux, la SNCF n'a ouvert les réservations que quelques jours avant le départ, alors que la clientèle des trains de nuit est celle qui anticipe le plus ses achats. «  Du coup, certains trains ont circulé quasiment à vide », rapporte un cheminot.
    Plus largement, certaines liaisons sont suspendues pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Quand le service est rouvert, une partie de la clientèle a pris d'autres habitudes et ne revient pas. Et la concurrence très agressive des compagnies aériennes low cost ne fait qu'accentuer la tendance.
    Au final, les trains de nuit ont totalisé un déficit d'exploitation de 100 millions d'euros en 2013 selon la Fnaut, la principale fédération d'usagers. 3 % des trains Intercités consomment donc 30 % de la contribution de 325 millions versée par l'Etat pour équilibrer les comptes de ces trains (contribution quasiment intégralement financée par un impôt… payée par la seule SNCF).
    Cette situation n'est guère tenable pour l'entreprise, dont les finances sont par ailleurs malmenées par la dégringolade des bénéfices générés par les TGV. D'autant que le programme intensif de travaux va encore se poursuivre dans les années à venir, continuant à pénaliser le trafic.

    Des voitures couchettes en fin de vie

    Surtout, selon l'Unsa Ferroviaire, la plupart des voitures couchettes de la SNCF arriveront en fin de vie entre 2016 et 2020. «  Pour maintenir le service, il faudrait commander d'urgence du matériel moderne, pour un montant que nos experts estiment à 200 millions d'euros », avance le syndicat. Mais ni la SNCF ni l'Etat n'en manifestent l'intention, juge l'Unsa, qui en déduit que les trains de nuit courent un «  risque mortel ». Interrogée, la SNCF s'est refusée à tout commentaire.
    Ce dossier vient compliquer un peu plus encore la renégociation de la convention Intercités entre l'Etat et la SNCF, qui doit intervenir d'ici à la fin de l'année. Les discussions sont très tendues, car la SNCF veut diminuer le fardeau financier que représentent pour elle les Intercités. Selon une source proche du dossier, une des hypothèses de travail serait de sortir les trains de nuit du périmètre de la convention, ce qui laisserait plus de latitude à l'entreprise publique pour moduler le service.

    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20140922/lec2_industrie_et_services/0203790065027-les-trains-de-nuit-de-la-sncf-se-trouvent-dans-limpasse-1045120.php?9yJQrqd1q3iqHtRy.99

    Une vingtaine de trains de nuit circulent quotidiennement. - Photo Fred Dufour/AFP



_________________
Choupi91

    La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû 2017 - 17:27